N° 136 Septembre-Octobre 2023
  • 2023-09-30

Vous devez avoir un compte et un abonnement valide pour télécharger la revue.

Bonjour, 

J’espère que votre été s’est bien déroulé malgré les tempéra­tures difficiles parfois à sup­porter. Lutter contre le dérèglement climatique de façon à limiter ses consé­quences doit être une priorité !

Certains les ont affrontées au bord de la piscine ou sur la plage un cocktail à la main ! Attention un cocktail au citron, lime… peut provoquer des rougeurs parfois très importantes : après avoir siroté une Margarita, un Mojito ou une Caïpirinha, vous risquez d’avoir sur les mains ou les bras des brûlures voire même des éruptions vésiculo-bulleuses et parfois dans un deuxième temps une hyperpigmentation : il s’agit de phy­tophotodermatoses provoquées par le contact avec le zeste de ces agrumes dont l’essence subsiste sur les mains quand on prépare ces cocktails. L’épicarpe de ces fruits riches en essence contient des composés photosensili­sants, essentiellement des furocoumarines, iso­mères de psoralènes. On les trouve essentiel­lement dans les familles de rutacées (orange, citron, lime, bigaradier) mais aussi de certaines apiacées (céleri, fenouil, carotte...). Lorsqu’elles absorbent les UV (320 à 380 nm), les furocou­marines établissent un cross link avec les brins d’ADN : l’absorption de l’agent photosensibili­sant peut prendre 30 à 120 minutes, il faudrait donc se laver les mains après contact avec les essences des fruits et avant de s’exposer au soleil !

Dans ce numéro de rentrée vous trouverez un article sur l’immunité qu’il faut stimuler avant l’arri­vée de l’automne et de ses pathologies infectieuses, grâce à l’homéopathie et certains micronutriments.

Deux articles bien documentés vous mettent en garde sur l’utilisation abusive ou mal contrôlée : micronutriments ou vitamines à des dosages dépas­sant largement les recommandations qui peuvent fausser certains dosages biologiques ou même s’avérer toxiques ou phyto-estrogènes d’origine alimentaire ou sous forme de compléments alimen­taires avec un risque de développer certains can­cers hormono-dépendants.

Quant aux Cinnamomum, attention aux confusions : sont-ils cannelles ou ravintsara ? Plus de confusions après lecture de l’article ! Concernant le guarana, sa toxicité par excès de caféine est liée au mode de préparation, et c’est un spécialiste qui vous en parle. Enfin un article original d’un confrère enseignant chercheur brésilien sur la phytothérapie appliquée aux plantes ou phytopharmacie, permettant de soi­gner les plantes par des traitements naturels tout en respectant l’environnement !

Je voudrais terminer cet édito avec une pensée pour mon confrère le Docteur Paul Goetz qui nous a quit­tés et beaucoup a contribué à l’essor de la phytothé­rapie moderne et je l’en remercie du fond du coeur !

Bonne rentrée à vous tous.

Danielle Roux Rédactrice en chef

Sommaire
ÉDITORIAL, Danielle Roux....................................................................... p 4
PHYTOTHÉRAPIE
Phytothérapie pour les plantes ? Pourquoi pas ?
Pr Leandro Rocha, Universidade Federal Fulminense, Rio de Janeiro ... p 6-7
Phyto-estrogènes et cancers du sein
Pr Catherine Bennetau-Pelissero, Sciences Agro, Bordeaux .................. p 8-16
RECHERCHE
Biotine et dosage des hormones thyroïdiennes : une interférence d’actualité
Dr Maëlle Voirin, Pharmacien d’officine, Arnay-le-Duc .......................... p 17-20
PHYTOTHÉRAPIE
Le Waraná, l’oeil de la forêt
Dr Bastien Beaufort, Géographe, Paris .................................................... p 21
HOMÉOPATHIE
Booster son immunité par des traitements naturels « Coupler micronutrition et homéopathie »
Dr François Mulet, Homéopathe, Angers ..................................................p 22-29
PHARMACOGNOSIE
Relation structure activité des huiles essentielles, cas particulier du ravinstara et des cannelles
Dr Jacques Pothier, Pharmacien consultant, Tours ................................... p 30-31